En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Formation en travail social : la professionnalisation en Italie

Mobilité en Italie du 23 au 27 octobre 2017

Fabrice Monnier, formateur IFTS, Nolwenn Doitteau, formatrice IFTS et Ylenia Antoci, étudiante EJE

La professionnalisation

En Italie, les écoles en service social se sont universitarisées dans les années 90.

Au vu de l’actualité de la réforme des formations d'Assistant de service social, éducateur spécialisé et Educateur de jeunes enfants en France, cette mobilité en Italie a pour objectif de nous préparer à une évolution similaire, d’anticiper et d’être force de propositions.

L'organisation de la mobilité en Italie

Nous allons durant 5 jours aller rencontrer :

  • Des professeurs d’université dans les Départements liés à la politique sociale, le service social, la pédagogie sociale, la sociologie
  • Dans les universités de Milan, Bologne Asti et Turin

Jour 1 : Université de Milan, rencontre avec la responsable du département de sociologie et de recherche sociale à l’Université Biccoca de Milan

Nous avons rencontré Mara Tognetti, responsable du département de sociologie et de recherche sociale à l’Université Biccoca de Milan.

Elle nous précise qu’en 2000, l’école régionale du service social de Milan est devenue universitaire. L’université accueille aujourd'hui 130 étudiants par année de Licence.

Cette licence est rattachée au département de sociologie : chaque université a la latitude de rattacher le « service social » au département qui le souhaite.

A Milan, il y a 15 professeurs d’Université dans ce département et 42 autres sous contrat (formateurs occasionnels).

La formation s'organise autour de :

  • cours obligatoires (droit, psychologie, sociologie, anthropologie, économie, politique sociale, méthode et technique en service social…)
  • laboratoires facultatifs
  • 480 heures de stage pendant 3 ans

Mara Tognetti nous déclare que le taux de réussite à Milan est le meilleur d’Italie en raison de choix pédagogiques (petits groupes de 24 étudiants avec un référent…).

Elle conclut en nous donnant des conseils sur l’universitarisation :

  • Garder le lien avec le territoire
  • garder les modalités pédagogiques (importance du stage)
  • Garder le lien théorie/pratique
  • Garder des accompagnements en petits groupes

Dernier point : L’association des étudiants accompagnent les étudiants sur des projets.