En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Professionnalisation des travailleurs sociaux en Italie : l'Université de Bologne

Suite du compte-rendu de la mobilité de 2 formateurs et 1 étudiante en Italie, sur le thème de la professionnalisation des travailleurs sociaux.

JourS 2 et 3 : les formations en travail social à l'Université de BOLOGNE

L'université de Bologne est la plus ancienne université d'Italie. Elle compte 11 écoles, dont celle de psychologie et sciences de l'éducation.

Dans cette dernière,on trouve deux cursus : Educateur des services de l'enfance (équivalent EJE) et Educateur social et culturel (équivalent ES).

L'entrée en formation se fait sur sélection, avec un test écrit en trois parties : culture générale, test de logique, linguistique.

Le cursus ES compte 225 étudiants par an, tandis que le cursus EJE en compte 200.

Le parcours pour devenir ES ou EJE dure 3 ans. Celuis pour devenir professeur d'école maternelle ou primaire est de 5 ans.

La faculté a un taux de réussite de 80 %.

Le déroulé des formations

La formation est composée de cours magistraux obligatoires (sociologie, psychologie, pédagogie, anthropologie culturelle...), de laboratoires obligatoires (2 par an), et de laboratoires facultatifs (par exemple sur le genre).

Le stage chez les ES se fait en deuxième année et dure 225 heures. Chez les EJE, il a lieu en troisème année et dure également 225 heures.

Le stage est encadré par un référent universitaire qui accompagne à distance les étudiants, il n'y a pas de visite de stage ou de suivi en petits groupes (type AOM).

Un référent sur le terrain accompagne le stagiaire.

La structure d'accueil doit être conventionnée avec l'université. Ce sont les étudiants qui font les démarches pour choisir le lieu de stage et obtenir un entretien, lors duquel la structure ou l'étudiant peuvent valider ou refuser le stage à venir.

L'insertion professionnelle

A la suite de la licence, les EJE peuvent travailler en crèche (communale, privée ou associative), en centres de loisirs ou en centres parents/enfants. La région de Bologne est très engagée sur l'accueil des 0-3 ans.

Les ES, quant à eux, peuvent travailler dans les centres d'accueil pour migrants, les prisons, maisons de retraite, auprès des personnes en situation de handicap ou encore les foyers d'adolescents, auprès des toxicomanes, dans les services culturels et sportifs.

Un projet de loi est en cours pour imposer aux éducateurs spécialisés (appelés éducateurs socio-culturels) à avoir une licence, car nombre d'éducateurs sur le terrain ne sont pas diplômés.

Rencontre avec Francesca, opératrice sociale pour une association D'ACCUEIL de réfugiés

Cette association est un centre d'accueil pour Femmes et enfants, ainsi que des hommes réfugiés.

Francesca nous explique que depuis plusieurs années, l'Italie accueille des migrants venant pour la plupart d'Afrique, des réfugiés politiques qui fuient leur pays.

Bologne est une plateforme d'accueil.

Les réfugiés passent d'abord dans un centre d'accueil pour 600 places, ils y restent 1 mois avant d'être orientés dans un autre centre en fonction de leur situation : c'est ainsi que l'association accueille les réfugiés dans leur deuxième lieu d'hébergement. Cet accueil peut durer cette fois jusqu'à deux ans maximum.

Francesca nous parle de la situation des travailleurs sociaux en Italie. Son discours est différent des universitaires rencontrés jusqu'à présent.

Elle précise que les travailleurs sociaux ont souvent des emplois très précaires. Par exemple, elle, est appelée pour des missions de quelques jours de manières imprévisibles par l'association. Sa mission est d'accompagner les familles réfugiées, elle est référente de 5 personnes mais ses contrats sont à la semaine. Il y a donc des semaines lors desquelles les familles n'ont plus leur référente... Par contre, Francesca précise que les assistants sociaux ont un statut différent, plus d'emplois dans la fonction publique car il y a un Ordre des ASS qui les protègent.

Francesca fait son travail avec passion mais elle est lasse de la situation, de son emploi précaire et aimerait trouver un poste plus stable...